Bienvenue à Ravensdale... Où les Lycans, les Psis, les Sorciers et les Humains vivent en paix... ou presque.
Forum RPG à rythme rapide - Interdit aux mineurs
 

[Inventé] Ashley Wheeler
 :: Vos Personnages :: Présentations :: Les Psis

Jeu 11 Jan - 22:19

Personnage


  • Prénom & Nom : Ashley "Ash" Wheeler, , né Aleksy Nowak
  • Âge : 20 ans
  • Avatar :  Andreja Pejic
  • Race : Psi
  • Orientation Sexuelle : Inconnue
  • Statut marital : Célibataire
  • Métier du personnage : réparateur informatique
  • Lien(s) avec les autres personnages en jeu : aucun
  • Groupe (sauf pour les Humains) : Solitaire


Pour les Psis :

  • Rang : aucun
  • Capacité psychique : une forme particulière de claircognition lui permettant surtout de retrouver à peu près tout et n’importe quoi par « intuition ». Cependant, les demandes très imprécises tendent à prendre du temps et à le rendre malade, surtout si la chose recherchée n’est pas située à quelques mètres. L’autre point négatif est qu’il doit suivre son « intuition » jusqu’à l’endroit où se trouve la chose, la localisation par carte donnant des résultats souvent imprécis.
    À cause de son passé, il évite d’utiliser son don même quand il pourrait en avoir besoin.



Biographie


Il y a des choses que la plupart des gens ne connaîtront jamais. L’odeur caractéristique flottant dans l’air après une fusillade, l’aspect d’un cerveau répandu sur le sol ou la nature exacte des cris d’une personne se faisant couper les doigts. Ces gens-là ne mesurent pas leur chance…
Autant dire que si Aleksy avait pu avoir le choix avant de naître, il aurait opté pour une famille humaine, banale, insipide et, surtout, ignorante de ce qui se trame réellement dans le monde. En gros, tout ce que les Nowak, un clan psi, mafieux, originaire de Pologne et installé depuis deux générations à New York, n’étaient pas.
Aleksy ne garde que l’ombre de quelques souvenirs datant d’avant l’âge de ses sept ans, mais il sait que l’affection parentale n’en faisait pas partie. Tant qu’un Nowak ne montrait pas le moindre signe de pouvoirs psi, il était relégué aux bons soins d’une nourrice en charge de l’élever. Une vieille règle ancestrale, toujours appliquée même dans la branche « américaine » de la famille. Or, Aleksy n’avait montré aucune inclinaison. Ni à la naissance. Ni un peu plus tard. Ni à sept ans, quand la famille épuisa toute patience.
Son père était le chef de clan, sa mère une soigneuse, son aîné le prochain oracle et son autre frère un futur conseiller grâce à son don de pyrokinésie. Et lui n’était toujours rien.
Il y eut des tests, bien sûr, des épreuves, même. Les Nowak se faisaient une grande fierté de n’avoir – prétendument – jamais donné naissance à des humains, alors il était impossible qu’Aleksy en soit un. Il devait forcément posséder un pouvoir, aussi subtil soit-il.
Le seul résultat des tests fut d’alimenter les cauchemars d’Aleksy pour de nombreuses nuits.
Ils auraient pu le tuer. C’est ce que ceux toujours installés en Pologne auraient fait à leur place. Mais Jozef, son père, jugea que le rejeton dégénéré pourrait toujours servir les intérêts particuliers du clan en devenant avocat ou « quelque chose d’utile comme ça ». Après tout, ils l’avaient nourri jusque-là, alors autant rentabiliser l’investissement.
Ainsi, les tests cruels furent remplacés par l’exigence parentale en matière de résultats scolaires. Aleksy devait fournir plus que les autres enfants Nowak, et ce que l’école privée ne lui enseignait pas, des tuteurs le faisaient. À ce jour, il ne sait toujours pas en quoi apprendre autant de langues étrangères aura été utile et si les sciences économiques lui serviront un jour dans la vie.
Durant cette période devant le conduire jusqu’à l’aube de ses treize ans, Aleksy ne se souvient pas avoir eu une seule relation avec une personne n’appartenant par au corps enseignant ou à sa famille. Ses obligations ne lui permettaient pas de se lier avec les autres enfants et, quand bien même en aurait-il eu le temps, ceux-ci savaient que les Nowak n’étaient pas tout blanc, même si rien n’avait jamais été prouvé concernant leurs activités… parallèles.
Quoi qu’il en soit, Jozef était quotidiennement impossible, et sa mère, Ilona, n’était guère mieux quand elle acceptait de remarquer sa présence dans la même pièce qu’elle, ce qui n’arrivait que rarement. Jozef et Ilona n’étaient pas son seul problème. Son pyrokinésiste de frère, Cyryl, le traitait avec la supériorité et la cruauté de celui ravi de son propre sort. Seul Wilhelm, son aîné, se montrait attentionné envers lui, mais comme Aleksy finit par l’apprendre un jour en surprenant une conversation, il s’agissait seulement de la pitié que l’on portait à quelqu’un d’encore plus malchanceux que soi.
Et puis, il y eut le fameux incident, la disparition de la dernière née, Agata, 8 ans, au nez et à la barbe des gardes du corps. Wilhelm pouvait bien décrire l’environnement dans lequel elle se trouvait – l’intérieur d’un salon, situé… quelque part… avec des gens que… personne ne connaissait… –, cela n’aidait en rien aux recherches.
Aleksy quitta la maison familiale sous l’impulsion d’une intuition viscérale le poussant à suivre une direction bien précise. Personne ne se rendit compte de son départ, car tout le monde était bien trop occupé à se rejeter la faute. Tous, cependant, se rendirent compte de son retour avec Agata.
Ils surent immédiatement qu’Aleksy, en tant que simple humain, n’aurait jamais dû réussir là où Wilhelm avait échoué. Et en voyant leurs réactions, en percevant la jalousie de Wilhelm lui-même, Aleksy comprit que toutes ces fois où il avait retrouvé « par chance » des objets perdus dans la maison ou rencontré « au hasard » des gens qu’il souhaitait voir, c’était son don qui se manifestait.
Il croyait que les choses iraient mieux à partir de là. Il était un psi, finalement, alors toute la pression qui pesait sur ses épaules allait enfin se relâcher. Tant pis si Wilhelm refusait désormais de lui adresser la parole.
Il aurait dû savoir que les Nowak, étant ce qu’ils étaient, exploiteraient son don en fonction de leurs intérêts criminels. Wilhelm pouvait avoir des visions du passé, du présent ou du futur, mais cela ne permettait pas toujours de localiser une chose précise. Aleksy, à l’inverse, n’avait besoin que d’un nom, à défaut d’une photo, pour trouver une personne ou un objet. Bien sûr, il y avait quelques soucis : il n’était pas très bon quand il s’agissait de localiser la chose sur une carte et n’obtenait 100 % de succès qu’en suivant lui-même la piste. Par ailleurs, des demandes trop imprécises, comme retrouver un traître à l’identité inconnue, tendaient à le rendre malade à cause de l’effort demandé pour percevoir le « fil » qui le conduirait jusqu’à la chose. Cependant, Jozef ne s’en souciait pas : il pouvait faire protéger son fils quand il avait à se déplacer et, pour tout le reste, Aleksy n’avait qu’à s’endurcir.
Aleksy n’avait jamais vu de mort avant. Cela changea dès sa première mission. Il n’avait jamais vu non plus de gens se faire torturer. Cela changea dès sa seconde mission.
Il était devenu le limier d’un clan mafieux. Un limier coupable de la mort de trop de gens, innocents ou pas. Un limier retenu prisonnier, toujours ignorant de presque tout ce que les jeunes de son âge expérimentaient. Quand nul n’avait besoin de lui, il était condamné à rester enfermé sous étroite surveillance dans la maison familiale, avec pour seule autre compagnie ses ordinateurs. Comme Wilhelm, il était trop précieux pour laisser quiconque mettre la main sur lui. Contrairement à Wilhelm, il ne se satisfaisait pas de l’isolement.
Cela dura jusqu’à ses vingt ans, jusqu’au jour où l’une des missions tourna mal à cause de l’arrogance de Cyryl, qui avait toujours négligé le fait qu’il puisse y avoir des créatures surnaturelles dans les rangs de leurs divers rivaux. La lycane, elle, les reconnut très vite pour ce qu’ils étaient et devina qu’Aleksy représentait leur arme secrète.
Encore aujourd’hui, Aleksy ne se souvient toujours pas de son enlèvement. À l’inverse, il se souvient du choix offert par Sarah – était-ce seulement son vrai nom ? –  : mourir ou alors l’aider à porter un sérieux coup à son clan en échange d’une vie normale. Bien que certain d’être manipulé, Aleksy n’hésita pas. Les Nowak avaient réussi à alimenter sa haine au fil des années, au point qu’il ne se considérait plus comme l’un d’entre-eux depuis longtemps.
Encore aujourd’hui, il ne sait pas pourquoi Sarah a respecté sa promesse et lui a offert la nouvelle identité dont il n’aurait jamais osé rêver. Elle aurait dû le tuer ou l’exploiter. Il n’a toutefois pas envie de se poser trop de questions à ce sujet. À Ravensdale, il peut débuter une nouvelle vie, une vie banale, celle dont il a toujours rêvé, loin du surnaturel ou, du moins, des autres psi. Bien sûr, il se réveille presque chaque nuit à cause de ses cauchemars. Il peine aussi à se lier à qui que ce soit, tant à cause de sa propre ignorance du monde que de sa méfiance envers les inconnus. Qui sait s’ils ne sont pas des êtres surnaturels, prêt à l’exploiter à nouveau ? Il est néanmoins certain que les choses iront mieux pour lui, petit à petit.



Exemple de RP


Ashley sourit tout en considérant la boîte de donuts qu'il tenait entre ses mains. Rien n'aurait jamais pu se mettre entre lui et ses pâtisseries, aussi grasses soient-elles. Il les aimait plus que de raison. Il les aimait d'autant plus que personne n'était là pour juger son alimentation avec la rigueur d'un militaire veillant à la diète de ses soldats.
Il aurait pu utiliser son pouvoir pour trouver une boutique vendant des donuts. Enfin, il aurait été tenté, mais l'idée d'employer puérilement quelque chose qui avait servi à tuer des innocents le répugnait.
Les humains n'avaient pas besoin de ce genre de "truc", de toute manière. Ils utilisaient leur téléphone portable et Google Maps ou quelque chose du genre pour trouver leur bonheur, et voilà tout. De plus, la boutique où il se fournissait ne risquait pas de fermer de sitôt s'il en jugeait pas la queue impressionnante qui s'étirait parfois devant le comptoir. A moins d'être perdu au beau milieu de l'Alaska, auquel cas il aurait d'autres priorités, nul besoin d'en appeler à son don.
Tout en ajustant son casque sur sa tête d'une main, il se dirigea vers son lieu de travail, du Depeche Mode dans les oreilles. Il avait envie de chanter à tue-tête, mais il devait se rappeler qu'il se trouvait dans la rue, en public, et pas dans sa chambre à la porte gardée chez les Nowak.
Quand il franchit la porte de la boutique, il eut le droit à un regard noir de son employeur. Il se demanda pourquoi il avait l'honneur d'une humeur massacrante dès le début de la journée jusqu'au moment où un doigt pointé en direction de l'horloge murale lui indique qu'il était en retard de cinq petites minutes.
Ashley se retint de rouler des yeux avec insolence. Insolent, il l'était, mais il avait appris quand prendre sur lui - jusqu'au moment où ses nerfs craquaient. Alors, il baissa la tête et se dirigea vers l'arrière boutique sans un autre mot qu'une excuse bredouillée.


Qui êtes-vous ?


  • Pseudo ou prénom : Kailyn Mei
  • Âge : 31
  • Depuis combien de temps jouez-vous ? Euh. AD&D à 6 ans, ça compte ?
  • Après avoir lu le règlement, quelle est la boisson préférée des Admins et qui vaut pour un lu et approuvé du règlement : le thé, quoi que dise la rumeur sur le mojito.

Joshua Phills

Rang : Alphesque
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 11 Jan - 22:25

Bienvenue à Ravensdale

   

   
Ta présentation est validée,
   tu es désormais un citoyen de notre ville

   Nous t'invitons maintenant à poster ton carnet de bord afin de suivre tes rps et tes liens.
   Tu peux demander des liens et des rps dans la rubrique dédiée sur le forum.
   Et bien sûr, si tu veux faire connaissance en toute décontraction avec les autres joueurs, n'hésite pas à passer sur la FunZone

   Si tu as des questions, n'hésite pas à contacter l'équipe d'administration.

   En te souhaitant un bon jeu... Méfie toi de l'ombre dans la rue.

   
Raven
   

   
   
   

_________________

Un loup est un loup, il mourra dans sa peau, si on ne l'écorche vif
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: